LES GRENIERS DES ASTURIES

Les Asturies

Située au Nord de l'Espagne, allongée d'Est en Ouest entre l'océan Atlantique et les montagnes de la cordillière Cantabrique, la province des Asturies est une région au relief tourmenté, agricole et humide.
Pour assurer le séchage de leurs récoltes et les conserver, les Asturiens ont développé des constructions simples et originales, les hórreos, que l'on peut voir en abondance dans toutes les zones de la province.

Un clic sur les images de ces pages permet de les agrandir

Le modèle asturien classique

C'est une petite construction en bois de plan carré de 4 à 6 mètres de côté avec un toit à 4 pentes de forme pyramidale couvert de tuiles canal. Ce grenier repose sur 4 piliers qui l'élèvent au-dessus du sol. On le nomme hórreo.
Ce petit abri simple et modeste est en fait une construction très élaborée.
Les piliers de pierre
(pegallos) sont surmontés d'une pierre plate et débordante (muela) qui interdit aux rongeurs de pénétrer. Une pièce de bois (taza) reposant sur la muela sert à compenser les différences de niveau et assure le contact entre cette pierre et le grenier.
Toute la construction de bois est réalisée sans aucun clou, seulement avec des chevilles, ce qui en fait une construction légère et démontable (une des première construction préfabriquée).
Les bois (chataîgnier ou chêne du pays aux bonnes propriétés mécaniques) étaient bien sûr choisis, coupés au bon moment et bien stockés. Les détails de l'assemblage des poutres qui forment le cadre de la base
(trabes), du haut des murs (liños) et des planches verticales des parois (colondras) ainsi que des éléments du toit en font une structure équilibrée et très rigide capable de défier le temps.
Face à la porte, un escalier de pierre extérieur ne touche pas la construction et reste plus bas que la planche d'appui reposant sur l'extrémité des poutres et qui sert à l'accès (toujours pour les rongeurs).
Pour d'autres détails de construction (site en espagnol mais dessins explicites)
Protéger les récoltes de l'humidité et des rongeurs ne suffisait pas; encore fallait-il les garantir contre les forces mauvaises qui pouvaient tout gâcher. Et la mythologie des Asturies est très riche de sorcières, gnomes et autres êtres farceurs. D'où ces signes géométriques et ces dessins symboliques, aujourd'hui très effacés, qui ornaient nombre de hórreos.
Les hórreos que l'on admire aujourd'hui dans les villages sont plus que centenaires. Selon certains auteurs, leur origine serait antérieure à l'empire romain. Des textes du moyen age attestent de sa présence à cette époque. Mais c'est vers le XIVe ou XVe siècle qu'il a stabilisé sa technique de construction et acquis sa forme actuelle, et aux XVII et XVIIIe siècles que l'on en a construit le plus avec le développement de l'agriculture. Jusqu'au XXe siècle les hórreos étaient essentiels pour la vie rurale. Tempérés en hiver et frais en été, isolés de l'humidité, on y conservait céréales, légumes et pommes de terre, ainsi que la charcuterie et autres produits. Il était donné comme dot , et si la fille se mariait en dehors du village, il était démonté et transporté près de sa nouvelle demeure.
De quand datent les hórreos que l'on rencontre de nos jours (il y en aurait encore plus de 20 OOO) ? Les personnes que j'ai interrogées à ce sujet m'ont fourni des réponses évasives du genre "il est bien plus vieux que moi !".




Hórreo non classique du haut Leon
Avec ses parois construites de poutres assemblées du bas en haut ce qui lui donne une forte rigidité et l'état de son bois, j'estime qu'il doit avoir 200 ou 300 ans. Peut-être plus ?
PAGE SUIVANTE